De nombreux PVs et Scénarios vous attendent !
Nous attendons avec impatience la venue de personnages comme
Bohort l'Essillié, Adalric, ou encore Lancelot !
Bonjour Invité, Land Of Myth a réouvert ses portes,
alors rejoins nous sur le forum pour vivre de grandes aventures !
Land Of Myth est un forum basé sur la Légende du Roi Arthur
et des Chevaliers de la Table Ronde
.
Le contexte se déroule au VIe siècle. De nombreuses informations sur le Haut Moyen Age
et la Féodalité sont à votre disposition pour la création de votre personnage.
Oyez braves gens !
Les seigneurs de Land Of Myth vous annoncent la venue du Tableau d'affichage !
Vous y retrouverez bon nombre de quêtes avec des pièces d'or à la clé !
Découvrez la liste des Rois & Royaumes d'Albion.
Les rois et reines ne sont pas jouables, merci de ne pas vous inscrire avec
le pseudo d'une des têtes couronnées de l'île.
Veuillez noter que nous sommes en l'an 510.
Référez-vous à la chronologie des événements pour bien vous
situer dans le temps !

Partagez|

♠ La condition des femmes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Fondateur
Once Upon A Time


Parchemins : 317
Date d'inscription : 16/11/2012
Royaume : Grande et Petite Bretagne
Métier/Rang : conteur

Voir le profil de l'utilisateur http://landofmyth.forum-canada.com
MessageSujet: ♠ La condition des femmes Sam 15 Déc - 17:27



Les femmes


Les Seigneurs du Forum mettent à votre disposition les informations nécessaires pour la création de votre personnage. Merci de respecter le travail de recherche qui a été fait. Évitez le copier/coller. Il est fortement déconseillé d'utiliser ces textes pour des usages EXTÉRIEURS au forum.

« Que ce soit à travers le "jeu" de la courtoisie ou le mariage, la femme du Moyen-Âge demeure un objet. Investigatrice du péché originel, on soupçonne la femme de porter l'hérésie, de porter le maléfice, le poison. Le sexe féminin est considéré impétueux, incapable d'assouvissement et dévorant. Les chevaliers n'ont qu'un seul remède pour vaincre ces corrompues et corruptrices (Ève) : le mariage. En effet, ce dernier désarme totalement la femme en la rendant mère. Pour elle, une grossesse n'attend pas l'autre, et ce, avec une chance sur deux d'en mourir. Ceci favorise... la polygamie. » - Chaucer

« Si les femmes n'étaient pas bonnes et leurs conseils inutiles, Dieu ne les aurait jamais consacrées comme l'aide de l'homme mais plutôt comme la cause du mal... » - Charte d'Aardenburg


La petite enfance

C'est dans le cadre familial et sous l'intendance des femmes que l'enfant reçoit les premiers rudiments de son éducation: l'apprentissage de la parole, de la marche, des bonnes manières, de l'alphabet et de la foi. Ces apprentissages sont connus grâce aux traités d'éducation dans lesquels on trouve de nombreuses recommandations: savoir interpréter les pleurs du bébé, l'allaiter à la demande, ne pas tenter d'apprendre à marcher à un enfant avant l'âge de un an, mâcher sa nourriture avant de la lui donner, etc. Il est également conseillé d'utiliser un langage aux syllabes redoublées (papa, mama, dodo, bobo, etc.) pour mieux apprendre à parler au bébé.

Nobles demoiselles

Les filles apprennent avec leur mère à devenir de bonnes épouses. Elles fréquentent les écoles des monastères ou ont un précepteur qui vient enseigner au château.  Les études des filles de seigneurs ou de nobles, de même que quelques enfants de la haute bourgeoisie, comportent la lecture, l'écriture, la récitation des fabliaux et des romans, le chant, l'art de s'accompagner sur les instruments comme la harpe et la viole, un peu d'astrologie, de fauconnerie, la science des dés et des échecs, mais aussi les connaissances médicales nécessaires pour soigner les blessés au retour d'un tournoi, d'une chasse ou d'un combat. Certains condamnent la lecture des romans, l'estimant nuisible à la vertu des femmes, mais en terme d'éducation, la société médiévale semble avoir été moins sévère qu'à d'autres époques.

Femmes de condition modeste

En ce qui concerne l'éducation des femmes de milieux plus modestes, c'est-à-dire la majorité des jeunes filles, les unes — pour la plupart de familles bourgeoises — sont envoyées au couvent, les autres demeurent avec leurs parents. Chez les artisans et les paysans, elles apprennent dès leur plus jeune âge quelques prières, à filer, coudre, broder et à effectuer toutes les tâches domestiques qui leur incomberont à l'âge adulte.
Parmi les artisans, même si, contrairement aux garçons, peu de filles entrent en apprentissage, vers l'âge de 10 ou 12 ans, elles peuvent apprendre les métiers de couturière, blanchisseuse, tisseuse, ou les métiers de l'alimentation.
En ville, les mères sont capables d'enseigner les rudiments de l'instruction intellectuelle. A partir du XIIIe siècle, bien des épouses de petits artisans savent lire, écrire et compter, savoirs indispensables à l'exercice de leur profession, car elles aident leur mari.


Travail et métier

Les jeunes filles, au Moyen Âge, sont destinées à se former en attendant le mariage, à des travaux ménagers ou féminins. Souvent, elles sont dans un premier temps placées dans d’autres familles pour être leur servante et exécuter leurs tâches ménagères afin de se constituer une dot. Une fois adultes, elles sont généralement embauchées comme apprenties par des maître(sse)s afin d’être formées et de se spécialiser dans la profession "choisie".

La femme a également la possibilité d’exercer un travail autre que celui de mère au foyer pendant un cours instant. En effet, lorsqu’une femme travail avec son mari durant plus de sept ans afin de l’aider dans son commerce, elle peut continuer d’exercer ce métier à la mort de son époux. De plus, elle peut être considérée non pas comme une ouvrière, mais bien comme une femme d’affaire. Les femmes travaillent beaucoup dans le commerce aux détails où elles vendent ce que leur mari produit. On les retrouve également particulièrement dans le domaine du textile. Malheureusement pour elles, leur succès leur est nuisible, puisque lorsque le pays connaît un certain ralentissement économique, de nombreux hommes se plaignent de la place trop grande qu’ont prises les femmes et les lois se multiplient dès lors afin de restreindre les possibilités de travail féminin. À la fin du Moyen-Âge, l’activité professionnelle est presque complètement disparue chez la femme. L’une des rares professions ayant survécus pour elle est celle de sages-femmes. En effet, puisque les médecins n’avaient pas le droit de pratiquer tous les examens sur les femmes, le métier de doctoresse a pu subsister.
Bien que l’Église de la société moyenâgeuse soit extrêmement misogyne, la femme connaît à cette époque une grande liberté. En effet, même si elle est loin d’être l’égale de l’homme, c’est à cette période qu’elle obtiendra un certain droit sur ses biens et qu’elle pourra faire ses preuves dans le milieu du travail. Malheureusement pour elle, ce début de liberté lui sera enlevé dès la fin du Moyen-Âge et ne lui sera rendu qu’au XXe siècle.

À la fin du Moyen Âge, la main-d’œuvre féminine tient une place décisive dans l’économie européenne, mais avant cela, au début du XIIIe siècle, de nombreuses modifications ont été opérées dans ce domaine. Ces modifications ont permis aux femmes d’exercer un plus grand choix de métiers. Elles travaillent généralement avec leur mari, dans l’entreprise familiale artisanale, marchande ou paysanne. Cependant, les femmes célibataires doivent rester sous la dépendance d’une famille jusqu’à leur mariage, ou jusqu’à leur mort si elles ne trouvent pas de mari. Durant la même période, la culture des céréales ou des produits agricoles s’intensifie dans le milieu rural, ce qui diminue l’activité artisanale. C’est par ces activités que la campagne se distingue de la ville. Malgré ces modifications, la femme est très souvent cantonnée aux travaux ménagers, à l’éducation de ses enfants, au métiers du secteur du textile, du petit commerce et de l’alimentation et seules les femmes peuvent exercer des métiers dans le milieu de l’obstétrique et de la puériculture. Dans les entreprises familiales paysannes, les femmes s’occupent principalement de l’élevage, de la fabrication du pain, de la bière, et de la production laitière (sauf si cette production était spécifique à l’entreprise, dans ce cas, l’activité était réservée aux hommes). Le but recherché par les familles est de gagner un maximum d’argent, car leurs revenus sont parfois insuffisants pour leur permettre de vivre et de se nourrir, et on peut constater que dans les milieux où la pauvreté est élevée, 9 travailleuses sur 10 sont des paysannes.
Les veuves ou les célibataires sont très pauvres étant donné le très petit salaire qu’elles perçoivent, et pour survivre elles mendient, volent, se prostituent ou se réfugient dans un monastère. Là-bas elles peuvent lire, chanter, filer et tisser.
Certaines activités rurales sont essentielles à la production urbaine, comme la culture du lin, ou la viticulture. En ville, certaines femmes font du commerce en vendant ce qu’elles ont elles-mêmes produit (petit commerce), et parfois, elles se regroupent et font alors du grand commerce, mais elles ne doivent pas s’éloigner de leur foyer afin de pouvoir continuer à remplir leurs devoirs familiaux.

À la fin du XIIIe siècle, des femmes sont placées à la tête d’écoles élémentaires de jeunes filles, la séparation filles et garçons étant obligatoire dans les écoles. Elles sont également présentes dans l’artisanat, par exemple dans la production de vêtements ou dans la transformation de la laine, mais aussi dans des métiers très éprouvants tels que la métallurgie, le bâtiment ou le brassage de la bière, car elles représentent une main-d’œuvre à très bas prix, bien moins chère que la main-d’œuvre masculine. Dans ces métiers aujourd’hui dits masculins, elles ne sont jamais élevées au rang de maîtresse de métier.
À la fin du Moyen Âge, les femmes sont peu à peu évincées du travail artisanal, à cause de la concurrence qu’elles créent. Une loi fut même crée en 1688 par Adrian Beier. Cette loi interdit aux femmes d’exercer une activité artisanale.


Le mariage

Vers la fin du Moyen Âge, l'âge minimum des fiançailles est fixé à 7 ans et l'âge du mariage à 12 ans par le droit ecclésiastique. Les garçons ne peuvent pas se marier avant 14 ans. L'Église a pourtant la possibilité de faire des exceptions lorsque l'union peut rétablir la paix entre deux familles. La précocité de l'engagement est normale à cette époque où la durée de vie et donc la durée de la jeunesse sont très courtes. Pendant l'Ancien Régime, il n'y a plus que 4 % de femmes qui se marient avant 17 ans. Les femmes les plus jeunes sont majoritairement issues de classes élevées, et se marient avec des hommes souvent beaucoup plus âgés. Dans les familles plus modestes, les mariés ont des âges plus proches.
Saint Augustin a exprimé en trois mots le but du mariage: progéniture, fidélité, sacrement.
L'amour n'est pas un fondement de l'union, mais un principe qui vient en se mariant. Le mariage étant premièrement une union de deux familles, il apaise les disputes et garantit la paix. Comme dans les sociétés primitives, donner une femme en mariage est la plus commune et plus simple méthode de forger des liens entre clans et nations.
Des cadeaux, champs, troupeaux, esclaves ou bijoux sont parfois offerts en échange de la femme. Ou alors donnés avec elle, certaines sociétés estimant que la femme sera tellement chère à entretenir que son père doit payer pour s'en défaire. Les biens apportés par le mari sont appelés "douaire". Ceux déboursés par la famille de la mariée, "dot". Ces pratiques sont si courantes, qu'un mariage sans dot ou douaire n'est pas considéré comme valable. Les pauvres s'échangent aussi des biens pour le mariage, même si ces cadeaux ne sont alors que symboliques. Les transactions matérielles sont bien au centre de l'engagement. Le banquet de noces où se retrouvent parents, alliés et amis fait partie du même rite. Les familles dépensent sans compter pour satisfaire les convives en nourriture, vins et spectacles.
La douaire étant majoritaire en Occident au début du Moyen Âge, il est remplacé peu à peu par la dot vers le XIIe siècle. Ce changement bouleverse la nature sociale du mariage et les stratégies matrimoniales. Alors que le douaire était relatif à l'hypergamie, les femmes épousant des hommes de rang inférieur, et que la femme en est l'usufruitière, la dot rend l'hypogamie majoritaire, ce n'est alors plus un jeune homme ambitieux qui achète son ascension sociale, mais la famille de la mariée. La femme est donc inférieure à son mari, ce qui détériore sa condition. Les filles dotées n'ont plus accès à l'héritage de leur père, les maris ont plus de pouvoir sur les biens de leur couple et quelque fois même la tutelle ou curatelle des enfants est retiré aux mères veuves.
La femme est alors presque considérée comme une mineure tout le long de sa vie, passant de l'autorité de son père à celle de son mari.
Mais à cette époque se répand aussi la théorie du libre consentement, nécessaire à la validité du mariage. Bien que l'égalité des époux soit posée dans l'échange des consentements, la femme reste pourtant sous l'autorité de son mari. L'homme endosse la responsabilité de l'honneur de la famille. Son épouse lui doit obéissance et soumission. L'époux a le pouvoir sur la famille. Les châtiments physiques sont acceptés, ce qui explique une grande tolérance de la société d'alors pour la violence conjugale. Le mari est même autorisé à tuer sa femme en cas d'adultère.
À la Réforme, le statut d'épouse est revalorisé. La responsabilité est partagée et le père de famille doit être juste, ce qui exclut toute tyrannie. À la seconde moitié du XVIe siècle, les autorités séculaires réduisent l'arbitraire parental en diminuant l'influence des parents sur le choix du conjoint de leur enfant. Elles offrent aussi plus de débouchés aux femmes qui dénoncent leur mari comme étant violent.
Après le mariage, la femme est accueillie dans la famille de son mari. Elle doit alors honorer ses beaux-parents. Facteur d'une bonne entente dans le couple, cette attention consiste à manifester son respect en paroles et gestes humbles, à ne jamais créer de conflit et à chercher à éliminer toutes leurs causes par la douceur et la gentillesse. La femme doit à ses beaux-parents les mêmes égards qu'à ses propres parents.
L'épouse est obligée d'aimer son mari. Cela résume en quelque sorte les devoirs de la femme à son époux. L'amour de la femme devant être parfait, l'homme ne doit quant à lui qu'aimer avec retenue, plus avec jugement qu'avec passion, ce qui entraînerait la jalousie et même la folie.
La maison est typiquement l'espace de la femme. Elle contrôle le travail domestique et s'occupe de tout le reste. Elle file, tisse, soigne, nettoie, prend soin des animaux et accueille les amis de son mari. Elle doit aussi s'occuper des enfants et des serviteurs. Sans se mettre en travers de l'autorité de son mari, elle prend en charge l'instruction, le contrôle moral et l'affection dus aux serviteurs.


La maternité

Au Moyen Âge, la maternité est l'un des devoirs principal de la femme mariée. Les femmes stériles sont alors parfois répudiées après des années de mariage non fécond.
Dans les classes supérieures, les mères ne sont pas forcées de veiller constamment aux besoins de leurs enfants. Les nourrices et les domestiques s'occupaient souvent de nettoyer, baigner, langer et nourrir les bébés. Comme les femmes sont de plus mariées très tôt, cela amène de nombreuses naissances, en moyenne de 8 à 1012.
Les femmes de milieu artisan ou paysan s'occupent bien plus de leur progéniture. Aussi, la descendance est moins nombreuse que dans la noblesse. Malgré tout, il n'est pas toujours facile de conjuguer travail obligatoire et soins aux enfants. Les plus jeunes, laissés sans surveillance, sont donc souvent victimes d'accidents. À partir de 4 ans, ils commencent à aider leurs mères dans le travail de la maison ou du jardin.
Les enfants ont comme première fonction d'assurer les vieux jours de leurs parents.
Les techniques utilisées lors des accouchements sont très peu connues. En effet, les hommes n'ayant aucune expérience là-dedans et ne pouvant pas y assister, nous n'avons quasiment aucune information. En tout cas, quelle que soit leur origine sociale, les femmes appréhendaient leurs couches. À cette époque et pendant longtemps, l'accouchement engendre de nombreux risques. Les sages-femmes et les matrones n'ont qu'accès à des méthodes limitées. La césarienne, par exemple, n'est autorisée que sur des femmes mortes. Le nombre de femmes mortes en couches est donc très élevé.
Les moyens de contraception de l'époque étant très illusoires, les femmes ne pouvant ou ne voulant pas assumer une grossesse ou une naissance sont parfois obligées d'avorter, de tuer ou d'abandonner leurs enfants à la naissance. La difficulté de l'avortement vient de l'impossibilité de déterminer assez rapidement que la femme est enceinte. Les risques sont alors de plus en plus importants. La plupart du temps, la mère meurt en même temps que le fœtus. Le meurtre ou l'abandon sont donc sûrement plus pratiqués, bien qu'ils soient aussi dangereux, l'Église ou les lois laïques les condamnant de mort. L'abandon d'enfant était la solution ultime des pauvres, surtout dans les villes. Même les pires menaces ne dissuadaient pas les mères désespérées. Vers la fin du XIVe siècle, des orphelinats et des hospices pour enfants abandonnés commencent à apparaître dans les villes.


Les droits de la femme

Contrairement à ce que l’on est porté à croire, la femme possède un certain statut dans la société moyenâgeuse de France. En effet, pour la protéger de son époux, l’épouse reçoit dès son mariage de la part de son mari le douaire. Le douaire est en fait le don à la femme d’une partie des biens que possède l’homme et qui est réservé à l’usage exclusif de la femme. À sa mort, le douaire reviendra aux enfants de celle-ci. De plus, la femme peut recevoir un héritage de ses parents si elle ne possède aucun frère. Toutefois, il ne lui est accordé que ce que ses parents ont acquis par eux-mêmes. Ainsi, l’héritage que les parents ont reçu ne peut revenir à leur fille. Lors de l’absence de son mari à cause des croisades ou encore d’une opération guerrière quelconque, c’est la femme qui gardait les biens de son époux. Si l’homme mourait durant son absence, la femme devait entretenir les possessions de son mari jusqu’à ce que ses enfants soient en âge de s’en occuper. De nombreuses reines ont ainsi gouverné seule suite à la mort de leur mari jusqu’à ce que leur fils soit apte à régner. Il en fut même qui fit des difficultés lorsque vint le temps de laisser le trône.

La femme religieuse

Depuis le ve siècle les femmes ont l’interdiction de recevoir les ordres sacrés, seul le clergé régulier (clergé des moines et religieuses) accepte les femmes. Elles sont même un nombre très important. En 1760, un abbé dénombre 80 000 religieuses sur 206 000 ecclésiastiques (religieux - religieuse). Ces 80 000 religieuses sont réparties dans 253 abbayes et 64 prieurés qui bénéficient d’une organisation spéciale. À la tête des abbayes il y a l’abbesse qui normalement est élue par les religieuses mais le plus souvent c’est le roi qui la désigne avec le vote de la communauté. Au-dessous de l’abbesse, il y a une prieure qui l’aide dans l’administration et si pour une raison quelconque (maladie, interdite par l’évêque) l’abbesse est incapable d’exercer c’est la prieure qui s’en charge. La prieure prend parfois le nom de coadjutrice ou d’assistante. Une économe ou trésorière est chargée de l’administration financière et de la comptabilité.
Les pouvoirs des abbesses ont été très grands au Moyen Âge, en revanche leurs pouvoirs spirituels sont très limités à cause de l’interdiction aux femmes de recevoir les ordres religieux. Mais, les abbesses les plus importantes ont quand même le droit de nommer les prêtres qui exercent en leur nom les fonctions spirituelles. Des textes formels ont interdit aux abbesses d’entendre les confessions des religieuses et aucun texte n’indique qu’elles y étaient opposées.
Les religieuses ne sont contraintes à presque aucune obligation à part à celle du célibat. À l’église, elles sont habillées comme toutes les autres dames, sauf qu’elles portent un voile blanc sur la tête et un grand manteau pendant la messe.




Le Conteur
« Non, moi j’crois qu’il faut qu’vous arrêtiez d’essayer d’dire des trucs. Ça vous fatigue, déjà, et pour les autres, vous vous rendez pas compte de c’que c’est. Moi quand vous faites ça, ça me fout une angoisse… j’pourrais vous tuer, j’crois. De chagrin, hein! J’vous jure c’est pas bien. Il faut plus que vous parliez avec des gens. »
Revenir en haut Aller en bas

♠ La condition des femmes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Les femmes noires au pouvoir ...
» Anthéa de Prouville // La faiblesse des hommes font la force des femmes !
» Proverbe du Jour: Les hommes ont 4 poches, les femmes n'ont 1 poche
» Pourquoi les femmes sont elles absentes à ce forum?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Land of Myth :: Le Grand Livre :: Préface :: Haut Moyen Âge-